En 2017, Course de Satin le dimanche 4 juin à  la Manade Allard au Sambuc.

Programme en cours de préparation.



Résultats de la journée du 5 juin 2016:

CONCOURS DE FERRADE

1er MANADE FOURNIER

2ème MANADE BLANC

3ème MANADE LA SALIERENE

 

CONCOURS DE MANIABILITE    (galop 1,2 et 3)

1er  Fanny DIEGO sur Maestro       

2ème  Clara RAYMOND sur  Sambuc de la Mar        

3ème  Chaina EL ARABI sur Talia

 

CONCOURS DE MANIABILITE    (galop 4 et 5)

1er  Kevin Campagna sur Sambuc de la Mar

2ème  Bastien DEURRIEU sur Bris du Petit Clos

3ème  Ludivine PEYTAVIN sur Sau de Capelado 


COURSE DE LA TAIOLO

1er Louis BOUALEM sur Edtom 

2éme Ludivine CARRETON sur Ladzaro

 3ème Ghaïs DESORMAIS sur Ricco

 

COURSE DE PEU BLANC

1er  Julie KRENINGER sur Rainier du Vent Large 

2ème  Léa JOVER sur Valseur de Laute 

3ème  Sam BROUSSOLLE sur Ussons de Molières 

 

COURSE DE SATIN

1er  Sabrina THIERRY sur  Rainier des Marais

2ème Julie KRENINGER sur Olympic du Vent Large

3ème Emilie Alarcon sur Vira


Historique

Depuis 1529, la Course de Satin a lieu. Ce type de courses appartient aux vieux fonds de cérémonies rituelles que les civilisations antiques ont légué au christianisme. A l’origine, c’était le samedi, veille de la Pentecôte et jour de grande foire, qu’avaient en Arles, les courses de chevaux. Le prix en était alors une écharpe de soie verte à franges d’argent.
Elles se sont perpétuées en Pays d’Arles jusqu’à la Révolution. Ensuite, la Confrérie des Gardians de Saint Georges continua jusqu’au début de 20e siècle à célébrer une course sur le Bd des Lices.
Reprise dans les années 70, elle se court maintenant dans une manade, lieu idéal qui symbolise l’esprit de cette manifestation festive d’une tradition agraire.
En Pays d’Arles, ces courses sans pari et juste pour l’honneur, ont toujours été très appréciées du public. Il est vrai qu’ici, l’élevage du cheval date de l’époque celtique et aujourd’hui, Arles et son delta sont toujours une terre d’élevage et de pratique équestre majeure.

 

Concours de ferrades à "l'ancienne"
Ainsi que cela se pratiquait depuis toujours, les gardians doivent "courséger" (poursuivre en le guidant), le taureau, le tomber et l'attraper, sous peine de disqualification, entre deux sillons ou lignes matérialisées par les ol, devant le jury où siègent des personnalités du monde du chaval et de la bovino. Une dixaine d'équipes s'affronteront lors de ce concours.

 

Concours de maniabilité
Epreuve particulièrement spectaculaire par les connaissances équestres de nos cavaliers et la rapidité de leurs chevaux. Ouverte à tous les cavaliers.

 

Course de la taïolo
Cette course est ouverte aux cavaliers de toutes régions et aux chevaux de toutes races. Le vainqueur reçoit une "taïolo" rouge.

 

Course de satin
Réservée exclusivement aux chevaux de race Camarguaise avec papier, Elle est courue à cru (sans selle). Le gagnant se verra remettre "l'echarpe de satin" brodée d'or dont une réplique est exposée au Museon Arlaten.
Il la gardera pendant un an. Elle ne deviendra sa propriété qu'après trois victoires consécutives.

 

Course de peu blan
Réservé aux chevaux de race Camargue avec papiers, elle est courue avec ou sans selle.